hommage

C’est avec une grande tristesse et un profond regret que nous avons appris le décès (wafaat) de ce grand ‘aalim (savant religieux). En effet, le Mawlana Hâfiz Qâri Al-hadj Muhammad Ibrâhim Khushtar Siddîqî Al-Qâdirî nous a quitté le jeudi 15 août 2002 à l’Ile Maurice, à l’âge de 72 ans.

Le fondateur-gérant de notre site, le frère NoorMuhammad était de passage à Maurice durant cette période, et officiait lui-même le jummah à la mosquée (masjid) Al-Aqsâ à Plaine-Verte le jour même du mayyat le vendredi 16 août 2002, a pu assisté aux funérailles de ce grand mawlânâ, parmi une foule impressionnante de personnes. Le janâzah (cercueil) fut levé au quartier général de la Sunni Razvi Academy, rue Magon à Port Louis, lieu même où ce grand érudit a poussé son dernier souffle, pour se diriger vers le Eid-gâh dans les hauts de Vallée-Pitot où a eu lieu le swalât-ul-janâzah et il fut inhumé sur place, dans l’enceinte du Eid-gâh.

Ce wafaat (décès) est une grande perte pour la communauté Ahlé-Sunnat-wal-Jama’at, d’autant plus que ce grand ‘aalim a servi la cause du deen toute sa vie. Il était en sus le fondateur et à la tête de la Sunni Razvi International, organisme de deen Ahlé-Sunnat-wal-Jama’at, mondialement reconnu. Il faut aussi avoir en tête, que lorsqu’un grand savant nous quitte, les autres savants à venir auront un darja (rang) moins élevé, jamais supérieur des prédécesseurs.

Chezdeen.com tient ici à rendre un vif hommage à ce grand ‘aalim (et pour informer les plus jeunes d’entre nous qui n’ont pas eu le privilège de le connaître) en publiant ici un résumé de la vie du Grand Mawlana Khushtar Sahab.

Hazrat Allâmâ Hâfiz Qâri Mawlânâ Muhammad Ibrahim Khushtar

Qâdri Razvi Noûri [a.r.]

Préface de l’auteur (l’Imâm Soleman Nayeck)

J’avais environ 8 ans lorsque je rencontrais pour la première fois son éminence le Hazrat Allâmâ Hafiz-o-Qâri al-Hadj Mawlana Mohammad Ibrahim Khustar Siddîqî Qâdri Razvî Nourî (r.a) au Jamma Masjid (la jummah mosquée) de Maurice. J’étais évidemment impressionné par cette éminente personnalité, sérieux et attractif.

Il venait de se faire attribué les responsabilités de Khateeb de la Jamma Masjid, j’étais à ce moment là un élève du Madrassa de la Jummah Mosque, c’était durant le mois sacré du Ramadaan en cette année 1965. Comme ma maison était située à quelques dix kilomètres de là, je jeûnais et après les horaires du Madrassah, je restais au Jamma Masjid jusqu’au Maghrib. J’étais tellement impressionné par son éminence, que cela me faisait patienter dans un coin de la varangue gauche calmement et attendre l’arrivée de son éminence, juste pour l’admirer. Après avoir retiré ses chaussures, je passais derrière lui pour les tourner dans la position favorable qui lui permettra de les ré-enfiler facilement au retour. Il avait toujours le sourire, au retour du namaz, concernant la position de ses chaussures, mais un jour lorsqu’il eut retiré ses chaussures, il alla droit mais se tourna plus loin pour voir qui retournait ses chaussures sans que je ne remarque son éminence.

Alors, après le namaz, il envoya une personne me chercher pour me présenter chez lui, dans sa demeure. Il me demanda si c’était bien moi la personne qui prenais pour habitude de retourner à chaque fois ses chaussures. Ma réponse était bien entendu affirmative. J’avais si peur du à son apparence sérieuse, mais il me rassura de suite en m’invitant à prendre le iftaar en sa compagnie. Depuis ce jour là, je devenais proche de lui. J’ai eu le privilège de devenir son élève et un parmi ses premier mourîdes. Je peux dire mon Peer-o-Murshid fut un des grands savants de son siècle.

Sa naissance, son enfance et son milieu familial

Son éminence est né le 6 Shawwâl 1348 Hijri (8 Mars 1930) au Bandil Junction, Bengal ouest, Inde, seulement 8 ans, 7 mois et 6 jours après le décès (wafât) de ‘Ala Hazrat Imam-é-Ahlé-Sunnat Mujaddid-é-Islam Mawlana Shah Ahmad Raza Khan (r.a), pour situer un peu l’époque. Au moment de sa naissance, son père, Muhammad Khustar Siddiqi Qâdri Razvi servait au East India Railway Service et était une personnalité religieuse éminente et la vision de ce père était de faire de son fils un grand élève du Qâdria Razvia Silsila. Son éminence fut admis au Mahalla Wali Ganj Madrassa de Jamalpur, Inde à  l’age de trois ans pour des pré-études.

A l’age de 6 ans, son père décéda à Jamalpur, Inde. Après le décès de son père, sa grand-mère prit les responsabilité du petit-fils pour poursuivre le but du défunt père. A l’age de dix ans, il commença le Hifz (mémorisation du saint coran) qu’il compléta au bout de trois ans seulement à l’age de treize ans. Son enfance ne consistait pas à jouer comme les autres enfants de son age, mais passa dans les études. Son éminence avait un frère, le Mawlana Ayyoub Razvi, né en 1936 et une sœur  Kulthoum Khustar Siddîqî née en 1933.

Hautes études et diplômes

Au Madrassa de Mahalla Wali Ganj à Jamalpur en Inde, éminence étudia le Urdu, le Persan, l’Anglais et les Mathématiques, ensuite les études islamiques poussées commencèrent en 1943 à Bareilly sharîf, dans le district de Uttar pradesh, Inde, aux bons soins de grands professeurs. Son éminence quitta Bareilly après avoir compléter de hautes études en Arabe, Persan. Haut degré en anglais, il devint un grand poète et écrivain en prose, son éminence se rendit au Pakistan pour être gradué. En 1956, Il décrocha son  graduation au Fazil-é-Darse Nizami à Lyallpur, Pakistan. Il obtint aussi une maîtrise (M.A) en Anglais, une maîtrise (M.A) en mathématiques, toujours au Pakistan.

Swalât-ut-Tarâwîh (prières du Tarâwîh)

Son éminence accomplit au total 58 sessions du namaz Tarawîh de 1943 à 2000. Son premier Tarawîh fut accompli en 1943 à l’age de 13 ans au masjid Mahalla Wal Ganj et le dernier à l’age de 70 ans au Sunni Razvi Academy à Maurice, notons que selon le calendrier islamique, son éminence effectua son dernier tarâwîh à l’age de 71 ans !

Ce sont en tout, 7 tarawîhs en Inde, 15 au Pakistan, 2 au Ceylan (Sri Lanka), 6 en Grande Bretagne, 3 en Hollande et 25 à Maurice.

Khatîb-o-Imâm (Recteur-Imaam)

Son éminence s’est d’abord vu attribué les responsabilités de Khateeb-o-Imam au Raza Jamma Masjid à Bareilly sharîf en Inde à l’age de 14 ans seulement, en cette année 1944 et son dernier Masjid comme Khateeb-o-Imam fut la Jamma Masjid de Port-Louis, Ile Maurice de 1965 à 1972. A partir de 1972, son éminence commença ses tournées mondiales comme un ambassadeur assidu au nom de l’Islam.

Pîrr-o-Murshid (guide spirituel) et Khilâfat (califat spirituel)

Le Pîrr-o-Murshid (guide spirituel) de son éminence fut le grand Hazrat Muhaddith-e-Âzam Mawlana Mohammad Sardaar Ahmad [r.a.] du Pakistan. Il obtint cinq Khilâfat (califats), le premier de Hazrat Allamah Mawlana Shah Mohammad Ibrahim Raza Khan Qadri Razvi Jilani Mianh [r.a.] petit-fils de ‘Ala-Hazrat, c’était en 1958. Le deuxième Khilafat, de Hazrat Allamah Mawlana Ejaaz Wali Khan Qâdri Razvi [r.a.] en 1964. Le troisième Khilafat de Mufti-é-Azam Hind, Hazrat ‘Allamah Mawlana Shah Mohammad Mustapha Raza Khan Qâdri Razvi Nouri [r.a.] en 1965.

Le quatrième Khilâfat de Hazrat Allamah Sheikh Zia-ud-Deen Qâdri Razvi [r.a.] en 1973 et le cinquième Khilafat de Hazrat Allamah Mawlana Taqaddus Ali Khan [r.a.] en 1987. Fort de ces cinq  Khilafats, il devient un puissant Pîr-o-Murshid. Il conseilla toujours ses mourides (adeptes) de rester en contact avec lui. Il nous a démontré son côté travailleur dur et était de ceux qui se donnaient à fond sur ses tâches et ordonna à ses fidèles de faire de même pour le progrès du Deen.

Mariage et vie de famille

Il s’est marié le 23 février 1958 au Pakistan, à l’age de 28 ans. Sa cérémonie de nikâh fut célébrée par son Pîr-o-Murshid Hazrat ‘Allama Muhadith-é-Azam Mawlana Sardaar Ahmad. De cette union, son  éminence a eu sept (7) enfants, 4 fils et 3 filles.

Hajj (pèlerinages à la Mecque)

Son eminence accomplit le hajj à trois (3) reprises, en 1956, 1968 et 1973. Lors de son premier hajj en 1956, il était accompagné par son Pîr-o-Murshid.

Ambassadeur assidu du deen

Et un travailleur assidu, practiquement inépuisable, il établit la Sunni Razvi International Society à travers le monde, notamment à Maurice, Sri Lanka, Canada, Hollande, Amérique, Grande Bretagne, Durban, Johannesbourg, Pakistan, Inde beaucoup d’autres pays qu’il visita. Entres autres, il fit construire un Eid-Gah à Maurice, plusieurs khânkas (couvents spirituels) dans divers pays.

Dans les pays qui étaient inconscients du travail effectué par ‘Alâ-Hazrat (r.a), son éminence emmena la lumière de Ahlé-Sunnat-Wa-Jama’at. Les cérémonies d’Eid-é-Mîlad-un-Nabi (saw), ‘Urs of Sayyidina Ghaws-ul-‘Azam (r.a), Khwâja Mu’în-ud-Deen chistî (r.a) et d’autres personnalités éminentes ont été célébrées sous son patronage. Son éminence visita 28 différents pays afin de protéger les musulmans sunnis de la division (fitna) créée par les déobandis, wahabites, qadianites, chîtes. En 1968 une guerre raciale eut lieu à Maurice, son éminence négocia avec le gouvernement mauricien, les mesures de protection en faveur de la communauté musulmane.

Halqâ-é-Zikr, ‘Urs-sharîf, Igyârwîn-sharîf (cérémonies religieuses)

A l’Ile Maurice, son éminence commença à organiser hebdomadairement le Halqa-é-Zikr (séances de méditation en groupe sur le nom d’Allah), le ‘Urs tous les lundis et jeudis afin de conserver les jeunes en ibâdates, il introduisit aussi le grand ‘Urs annuel, Igyarween Sharîf mensuellement, Eid Meelad-Un-Nabi [saw] sur une base nationale depuis 1965. Depuis, ces célébrations se font régulièrement avec une importance ce pour les sunnis de l’île.

Un puissant Pîrr-o-Murshid (Guide spirituel)

Son éminence compte environ 20,000 mourîdes (adeptes spirituels) à Maurice. Dans chaque coin du pays, il est reconnu par les frères et soeurs musulmans comme un puissant Peer-o-Murshid. Selon les statistiques de la Sunni Razvi International, il possède environs 330.000 mourîdes à travers le monde.

Son décès (wafât)

C’est le jeudi 5 Jamâdil Âkhir 1423 Hijri (15 août 2002) après le namaz Zohr que son éminence poussa son dernier souffle à l’Ile Maurice. Le temps que l’annonce de sa mort se transmette dans la communauté musulmane de l’île, des milliers de sympatisants musulmans se convergent vers la Sunni Razvi Academy à Port-Louis pour rendre un dernier hommage à notre vaillant savant et serviteur de notre religion.

Les funérailles eurent lieu le lendemain, vendredi 6 Jamâdil Âkhir (16 août 2002) après le namaz jummah. Plus de 25.000 fidèles assistèrent aux funérailles. Parmi la foule, le premier ministre, vice premier ministre, ministres, membres du parlement, le maire de Port Louis, ambassadeurs et membres du corps diplomatique, fidèles de la World Islamic Mission, de la Sunni Razvi d’Afrique du sud et de Grande Bretagne, le khatîb de la Jummah mosquée, ‘aalim-é-deen et imams de tous le pays.

Le namaz janâzah fut accomplit au Eid-gâh de la Sunni Razvi à Port Louis. Son éminence fut enterré dans le Zikré manzil de l’Eid-gâh. Sa tombe fut similaire à celle de ‘Alâ-Hazrat (r.a), qui était d’environ 9 pieds de profondeur. Le fait de cette dimension est pour respecter la présence bénie du saint prophète (s.a.w) lorsque les anges Munkar et Nakîr entreront dans la tombe de son éminence pour les questionnements.

Quelques unes de ses paroles (conseils)

Son éminence disait toujours :

1. Mon univers comprend seulement ma plume et mon pot d’encre, ma place est mon emplacement de namaz (muswalla) et je suis Mohammad Ibrahim.

2. Pensez toujours aux pauvres avant de prendre un bon repas.

3. Aussi longtemps que vous avez la vie dans votre corps, travaillez pour la cause du Deen pour avoir la paix dans la tombe.

4. Gardez toujours votre langue trempée dans la pensée d’Allah (zikrullaah).

5. Devenez riche, pas avec des choses matérielles (de ce monde) et de l’argent, mais avec le Darood Shareef.

6. Conservez de l’amour pour le saint prophète [saw] et les Awliya Allah jusqu’à votre dernier souffle.

7. Pensez toujours à votre naissance en tant que musulman, vivez comme un musulman et mourrez comme un musulman.

8. Pensez toujours à votre guide spirituel et vous serez heureux, les peines ne vous toucheront jamais.

Ecrit par Imâm Soleman Nayeck Qâdri Razvi (Ile Maurice) [ex-Correspondant permanent Chezdeen-Ile Maurice]

Parallèlement, cliquez ici pour lire l’article d’hommage à marhoûm Mawlânâ Shah Ahmad Noorâni Siddîqî [a.r.]