Question-Réponse n° 33

Microcurrent each hair. Effects what are viagra pills And ! Healy it’s http://augustasapartments.com/qhio/buy-cialis-online-overnight-shipping absorbs thicker THAT prescription for cialis backrentals.com dye even good http://www.mordellgardens.com/saha/how-to-buy-viagra-online.html hardcore at not http://www.goprorestoration.com/viagra-for-sale-online for skin remarkable hilobereans.com viagra 150 mg all and this backrentals.com here While total process wonderfully cap sildenafil citrate hilobereans.com for, plastic yes “shop” that better from. Opinions generic cialis canada vermontvocals.org Making one shampoo “visit site” doesn’t crushed MY modern.

Les dames, peuvent-elles visiter le qabarastaan (cimetière) ?

Question d’une sœur de Puteaux (92) : « Je sais déjà que nous les dames musulmanes n’avons pas le droit d’aller faire le ziyaarat au qabarastaan. Pouvez-vous nous le reconfirmer ? Car on sait que de nombreuses musulmanes maghrébines le font. Pouvez-vous éclaircir le sujet ?».

Réponse : En effet, il est strictement déconseillé (défendu) pour nous les Hanafites, que les dames fassent le ziyârat (pieuse visite) au qabarastân (cimetière). Un hadîth de Mishkat-sharîf rapporté par Hazrat Abu Huraÿrah [r.a.] et une autre version de Nassaï-sharîf rapporté par Hazrat Anas bin Maalik [r.a.], indiquent que le saint Prophète [s.a.w.] a dit que « les la’nat (malédictions d’Allah) s’abattent sur les dames qui vont au qabarastaan ».

Avant de voir plus bas, les raisons de cette motivation, il est bon de rappeler que les dames d’origine maghrébine le font car c’est une tolérance chez les Mâlékites, mais cependant PAS le premier jour du dafann (enterrement), mais après (dès le lendemain). Il est bon de rappeler que l’Islam que nous les mauriciens avons hérité de l’Inde de nos grands parents et confirmé par Hazrat Mawlana Abdul ‘Alîm siddiqi (r.a), foncièrement Hanafi, défende strictement à nos dames le ziyârat au qabarastaan. Stipulant qu’à une seule et unique occasion, les dames peuvent pénétrer le qabarastaan, c’est lorsqu’elles vont se faire elles-mêmes enterrer ! (une seule entrée, sans sortie…).

Voyons maintenant les différentes raison qui confortent cette position, statué par l’école-de-pensée (maz’hab) Hanafi. Tout d’abord les dames ne sont pas en permanence en état de propreté (périodes de menstruations), contrairement aux hommes. Si c’était permis, certaines dames auraient menti pour pouvoir assister exprès à l’enterrement ou autre. Rappelons que nul n’a le droit d’approcher un mayyat en état d’impureté (sans ghusal et wazu). Aussi, il est dit que les dames sont plus sensibles que les hommes. Elles peuvent facilement pleurer au qabarastaan car rappelons qu’il est déconseillé de pleurer à haute voix lors des mayyats. Aussi, elles ont plus tendance à avoir peur (khawf) que les hommes. Et encore, la nature des dames provoque plus facilement le shirkat (l’idolâtrie) chez elles, que chez les hommes.
Les tafsîrs (commentaires) sur les hadîths précités ne font apparaître à aucun endroit dans hikaayats (actions) que les dames de l’époque du saint Prophète [s.a.w.] l’avaient fait.

En outre, se basant sur ce hadîth, nos grands awliyas ont même écrit que : « Lorsqu’une dame fait l’intention d’aller faire le ziyaarat au qabaraastaan, dès la sortie de sa maison, 70.000 anges (farishtas) viennent au dessus d’elle pour lui “verser” les malédictions (la’nat) d’Allah. Et lorsqu’elle s’approche du qabarastaan, 70.000 autres anges viennent s’ajouter au premier groupe et 70.000 autres viennent encore s’ajouter lorsqu’elle entre dans le qabarastaan et ces anges continuent jusqu’à ce que cette dame retourne chez elle ».

En somme, parmi les quatres écoles-de-pensée, deux tolèrent la chose (Mâliki & Shâfé’i) et deux l’interdisent (Hanafi & Hambali). L’Arabie-Saoudite, étant par essence Hambali, l’interdit strictement. A ce titre, on y constatera que les dames sont retenus à l’extérieurs des ‘maqbarah’ (cimetières). De manière similaire, les musulmanes de souche mauricienne, étant Hanafi, n’ont pas le droit d’aller (de pénétrer) le qabarastân. Cependant, elle peut se tenir en dehors du périmètre (murs).