Question-Réponse n° 95

Y a t-il des périodes défendues pour la célébration du Nikaah ?

Question d’une jeune fille de La-Garenne-Colombes (92) : « J’ai déjà entendu parler, de par mes grands-parents, qu’il y avaient des mois ou des périodes où il est défendu de se marier, est-ce vrai ? Si oui, que sont-ils ? »

Réponse : La réponse directe est Non car le mot “défendu” est fort, puisqu’il n’existe théologiquement pas de période où la célébration du Nikaah serait interdit. Mais disons que l’attitude de nos grands-parents n’était pas si incorrecte car ils étaient bien-fondés dans le sens où les fervents Sunnis (ahlé-sunnat-wal-jama’at), de par leur “aqîdah” (conviction), sont déterminés à respecter les mois du calendrier selon leur importance et leur contenu

Par exemple, le mois de Muharram est, en quelques sortes, attristé par le shahaadat (martyr) de Imaam-é-Hussayn (r.a) et ses compagnons à Karbala (voir l’article sur le sujet dans l’icône Muharram) des majliss y sont tenus en vue de remémorer voire sensibiliser nos jeunes sur l’évènement, on trouve cette période inadéquate pour les festivités d’un mariage, qui est sensé être une fête en soi.
Ou encore certains éviteraient les Nikaahs durant le Ramadwaan (voire même Rajab et Sha’baan), qu’ils considèrent comme un mois (sacré) dédié aux ibaadats et n’auront pas le temps pour des festivités du genre Nikaah, alors que d’autres chercheraient justement les bénédictions de ces mois sacrés pour la célébration de leur Nikaah.

Tout comme durant le mois de Zil-Hijjah, certains ne peuvent pas concevoir des cérémonies de Nikaah alors que nos frères et sœurs Haajis accomplissent le Hajj au même moment sur les lieux sacrés et préfèrent donc attendre un peu…
On dénombre aussi parfois que certains évitent la première quinzaine du Rabbi-ul-Awwal pour les Nikaahs car ils sont plongés dans la joie des festivités de la naissance du saint Prophète et ne veulent donc pas mêler cela à d’autres joies et préfèrent ainsi différer leur Nikaah…
Conclusion : Quoiqu’il n’est foncièrement pas défendu de célébrer le Nikaah sur tout le calendrier islamique, disons qu’il est plus raisonnable selon sa foi, de consacrer ses évènements et ses ibaadats en fonction des contenus des différents mois de notre calendrier, ainsi nous donnerons plus d’exemples à nos enfants quant à l’importance et le respect des différents mois.